Le parcours d'une belle saison

September 13, 2019

13 septembre aujourd'hui.

Les vacanciers sont partis, les jeunes ont fait leur rentrée scolaire, les températures baissent, les premières feuilles tombent, les jours sont plus courts et la pluie fait un retour timide.

L'exaltation du pêcheur et pourtant..

Le neuvième mois de l'année annonce doucement la fermeture de la pêche. Pour la grande majorité des départements Français, c'est ce week-end que les pêcheurs devront mettre un terme à leur saison de pêche en première catégorie. Dans les Alpes, c'est un peu différent et cette dernière nous sera autorisée jusqu'au 06 octobre.

 Une nouvelle saison donc sur le point de se terminer, ma vingt-cinquième année de pêcheur à la mouche et ma cinquième comme guide de pêche indépendant. Je dois dire que je suis reconnaissant et reçoit comme un privilège le fait d'avoir bénéficié de la passion de mon père, de jouir d'un territoire naturel de qualité, et d'être si bien entouré et supporté aujourd'hui. Des privilèges qui embellissent le quotidien et rendent la vie plus savoureuse. Pour ça, je remercie sans commune mesure toute ma famille, mes amis, et les personnes que j'ai croisé au fil du chemin. 

 

Cet article revient sur les moments forts de ma saison de pêche 2019 et les quelques prises "de taille" qui ont bien voulu se laisser prendre.

 

La saison de pêche commence dès la fin de l'hiver, quelques jours avant l'arrivée du printemps et j'ai naturellement profité des émergences de brunes de mars et autres petites olives. Bien que le cycle semble perturbé par les trois dernières années de sécheresse sur mes rivières, j'aurai profité d'une ou deux opportunités dont la prise de cette belle truite sauvage ci-dessus.

 

 

 Le mois de mars et le mois d'avril, c'est aussi la période que je préfère pour pratiquer la pêche aux appâts en dérive naturelle si les niveaux sont bons. Ci-dessus peut être le poisson le plus puissant de ma saison avec lequel j'ai dévalé près de 150m de rivière avant de me servir de mon épuisette. Une merveille sauvage, un poisson marbré, zébré, recouvert de très peu de points noirs, et une gueule proéminente. Ma main pourtant ouverte se perd sous cette large gueule.

 

 

Le printemps s'installe peu à peu et les eaux se réchauffent, approchant les températures idéales pour la truite et la saison la plus favorable aux émergences des insectes. Alors j'aborde les postes en nymphes cherchant courants de fonds et les veines plus calmes en bordures. Ci-dessus quelques belles truites prises au printemps 2019 avec les cannes Immersion Nymph, en 10 et 10'6.

 

Les créneaux pour mes sorties personnelles se font plus rares et ma saison de guidage bat son plein aux mois de mai, juin, et juillet. Les cannes ne sont plus entre mes mains mais dans celles de mes stagiaires, mes seules armes sont alors mon expérience, mes connaissances, et la transmission de mes techniques de pêche pour garantir même aux débutants des sorties réussies. Un exercice que je prend comme un défi à chaque sortie tant la pêche dans nos rivières peut s'avérer difficile, et les poissons, sauvages. 

Quand le défi est relevé et mes clients heureux, chaque sourire et satisfaction me donne reconnaissance et plaisir dans mon métier. Des instants que je partage volontiers.

 

 

 

 Et puis il y eut cette truite record aux dimensions hors normes prise par Michel alors que nous commencions la journée. Je l'avais aperçu en bordure un peu plus tôt et malgré la technicité que représentait le coup de ligne pour une journée d'initiation à la mouche, il ne fallait pas laisser passer telle occasion. Un essai finalement récompensé par la capture d'une truite de 62cm, prise à l"arbalète" avec une petite nymphe, pleine gueule. Un grand moment qui vient s'inscrire comme un record dans mes prestations de guidage.

 

 

Le mois de juin touche à sa fin et marque un tournant dans la saison.

L'occasion de faire un break, profiter d'une dernière sortie entre amis, faire la rencontre d'une gourmande..

Et un saut en Franche Comté.

 Et voir ce qu'il se passe de l'autre côté du soleil, en Norvège.

Un séjour de pêche à la mouche réussit au pays de ombres, voir article complet
en cliquant sur la photo ci-dessous.

 

 

 Place aux camps-pêche et à la période estivale pour découvrir la région, s'offrir une activité en famille, entre amis, et faire profiter ses enfants pendant les vacances.

 

 

Reste alors la dernière ligne droite avant la fermeture, les derniers guidages en première catégorie. Le mois de septembre est généralement propice aux éclosions de petites éphémères, et aux belles truites qui en profitent avant la reproduction hivernale...

 

 C'est aussi les prémices de la meilleure saison pour pêcher l'ombre en sèche.

https://www.immersionpeche.com/single-post/2018/11/20/Prolonger-sa-saison-de-pêche-en-automne-et-en-hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour suivre toute l'actualité durant la saison :

sur facebook : https://www.facebook.com/immersionpeche/

sur instagram : https://www.instagram.com/immersionpeche/

sur viméo :https://vimeo.com/immersionpeche

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Actualité
Articles récents

August 19, 2019

March 25, 2019

March 11, 2019

February 22, 2019

Please reload

Archive
Please reload

Recherche par Tag
Suivez moi sur
  • Facebook
  • Instagram
  • Viméo